COMMITMENT #3

  • Jodi Bieber / David Goldblatt / Mikhael Subotzky

    05.11 – 21.12.13

    VERNISSAGE : VENDREDI 26.11.13 > 19h
    
    La Chambre 
    4 place d'Austerlitz - Strasbourg
    Entrée libre - mercredi > dimanche : 14h > 19h
    
    + Expo Hors-les-murs
    La Filature
    20 Allée Nathan Katz - Mulhouse
    Entrée libre - mardi > samedi: 11h > 18h30 et les soirs de spectacles
    05.11 – 21.12.13
    
    Visites guidées et ateliers pédagogiques
    sur réservation auprès de Nicolas Bender
    03 88 36 65 38

Commitment #3 : David Goldblatt, Mikhael Subotzky et Jodi Bieber, trois personnalités sud-africaines dont le regard évoque de singulières fascinations pour Johannesburg.

Après avoir suivi trois courts enseignements au Market Photo Workshop où elle est aujourd’hui conférencière, Jodi Bieber débute en 1993 sa carrière au journal sud-africain The Star, soit une année avant les premières élections démocratiques du pays. Between Dogs and Wolves – Growing up with South Africa prend sa source en 1994, suite à ces premières élections. Cette série met en avant une nouvelle génération de jeunes sud-africains grandissant en marge de la société dans les banlieues de Johannesburg. Menée sur plus de dix ans, elle nous parle de la perte de l’innocence et de l’instinct de survie, sortes de métaphores de la lutte à laquelle est confrontée
l’Afrique du Sud depuis tant de décennies.

En regard de Between Dogs and Wolves, Commitment #3 présente la série la plus récente de la photographe neuf fois lauréate du World Press Photo Award. Soweto, véritable ville dans la ville, a joué un rôle central dans la lutte contre l’Apartheid. Avec empathie, la photographe s’efforce de saisir l’essence des habitants de ce quartier symbolique, interpellant le spectateur sur les stéréotypes appliqués à ces communautés.

Ces deux séries majeures réalisées à dix ans d’écart feront écho à Some South African intersections, travaux les plus récents de Goldblatt. Mikhael Subotzky enfin, présentera une pièce extraite d’un projet d’ampleur initié depuis 2008 sur la tour mythique de Ponte City, une icône des immeubles de Johannesburg qui fut longtemps un symbole de la ville elle-même. Ouvert en 1976, Ponte est finalement devenu la représentation du meilleur et du pire de Johannesburg et est à l’origine d’une certaine mythologie autour de la vie de la cité et l’attraction magnétique que la ville exerce sur les habitants de tout le continent.

 

Une coproduction La Chambre,
Le Maillon, la Filature, la Maison Rouge – Fondation Antoine de Galbert
Dans le cadre du festival des Journées de l’architecture
Manifestation organisée dans le cadre des Saisons Afrique du Sud – France 2012 & 2013
www.france-southafrica.com