PROJETS AVEC DES PUBLICS SPÉCIFIQUES – SAISON 16-17

  • PROJETS AVEC DES PUBLICS SPÉCIFIQUES
    L'équipe de La Chambre construit l'ensemble de ses projets main dans la main avec ses partenaires. Tous uniques, ils cherchent à répondre aux problématiques et aux besoins des publics ciblés.   Pour construire ensemble votre projet, contactez-nous : Nicolas Bender Responsable du service des publics +33 (0)9 83 41 89 55 pedago@la-chambre.org

Durant la saison 16–17, La Chambre a conduit 7 projets en parallèle de ses autres activités de pédagogie et de médiation (Ateliers du Regard, Atelier des Vacances etc.).

Des mots d’images
― Plurielles et CASAS (collectif pour les solliciteurs d’asile de Strasbourg)
projet cofinancé par l’Union européenne dans le cadre du Fonds social européen et la DRAC Grand Est
personnes allophones
Ce projet, co-construit par La Chambre et le vidéaste Vincent Viac, a été réalisé en collaboration avec deux associations : Plurielles et CASAS, travaillant respectivement avec des femmes migrantes et des solliciteurs d’asile. La photographie et la vidéo y ont été utilisées comme des outils d’apprentissage de la langue française.

Des appareils à remonter le temps
― Centre Médico-Psychologique de Hautepierre et Maison des ados
projet soutenu par la Fondation de France
enfants et adolescents
Ce projet, constitué de divers ateliers, a invité des jeunes du Centre Médico-Psychologique de Hautepierre et de la Maison des ados à voyager dans le temps par le biais de la photographie. Partant de la technique la plus moderne pour aller vers la plus ancienne, ils ont notamment été épaulés par Jérôme Klingenfus pour réaliser des cyanotypes et par Camille Bonnefoi pour le négatif sur verre. Cet aller-retour leur a permis de remonter l’histoire du médium mais aussi la leur.

Atelier MECS (Maison d’enfants à caractère social)
― Maison des ados et MECS Saint François d’Assise
adolescentes
À destination de résidentes de la MECS de Saint François d’Assise et d’adolescents fréquentant la Maison des ados, ce projet a eu pour axe principal la notion de confiance en soi. Par le biais de la photographie, les participantes se sont notamment attachés à se réapproprier leur image.

Atelier parents-enfants au Port du Rhin
― Francas d’Alsace
jeunes issus de la communauté des gens du voyage
Mené conjointement avec les Francas d’Alsace à destination de jeunes issus de la communauté des gens du voyage, ce projet s’est articulé autour de la thématique du lien parents/enfants. Les jeunes ont eu pour mission dans un premier temps d’aller dialoguer avec leurs parents afin de déterminer quel objet à leurs yeux les représenterait, puis dans un second temps, de photographier cet objet. À l’issu de ce travail, les images récoltées ont servi à redécorer un Algeco se trouvant dans l’aire d’accueil.

Décrocheurs d’avenir
― Crapt Carrli et Maison des ados
adolescents
Pour ce projet, réalisé en collaboration avec le Crapt Carrli, des jeunes de la Maison des ados ont été invités à réfléchir aux notions d’avenir et de décrochage scolaire. Ils ont eu la possibilité de réaliser des portraits d’eux-mêmes devant une série de mots projetés qu’ils avaient sélectionnés pour leur référence à ces deux notions. Dans un second temps, ils ont pu mener un travail sur eux-mêmes, en se maquillant, seuls face à un miroir, se construisant et déconstruisant par ce biais une autre identité.

Dyptiques FLE (Français langue étrangère)
― Lycée international des Pontonniers
lycéens migrants
Conduit avec une classe de jeunes primo-arrivants du Lycée International des Pontonniers de Strasbourg, ce projet a été l’occasion de travailler sur l’identité et de se plonger dans l’histoire de la photographie. Les élèves ont choisi une photographie évoquant la singularité de leur parcours avant de réaliser un portrait en résonance avec cette œuvre.

Les Portes du Temps
― Francas d’Alsace – AFL 67 (Association des Familles Laïques) – FabLab Shadock
enfants du quartier Poteries
Ce projet a eu lieu durant l’été, en collaboration avec les Francas d’Alsace. Des enfants fréquentant l’AFL 67 ont été invités à réaliser une mini-ville en 3 dimensions à partir de photos de bâtiments qu’ils avaient eux-mêmes réalisées dans le quartier du centre-ville. Un moyen pour ces jeunes issus du quartier Poteries de se réapproprier le centre dont ils sont souvent écartés.