FRÉDÉRIC DELANGLE

FRÉDÉRIC DELANGLE

Ahmedabad, ville de la multitude, de l’excès, de la profusion.

La cité mythique aux 5 millions d’habitants ne se livre pas facilement. Ce n’est qu’à la tombée de la nuit que Frédéric Delangle a pu la saisir dans un silence et un calme à la limite du recueillement, instant privilégié de sérénité où le monde moderne accorde quelques heures de répit avant de recommencer une nouvelle journée de folie. La ville arrêtée dans sa course révèle alors les fastes et les splendeurs d’une époque révolue, où les bâtiments à l’abandon du centre ancien – maisons en bois sculpté du XIXème siècle et superbes architectures angloindiennes ou de style art-déco – cèdent peu à peu la place à de nouvelles constructions de béton et de métal. Atmosphère mystérieuse où la modernité n’a pas encore complètement effacé le passé mais le côtoie.

Dans son travail, Frédéric Delangle parvient à nous faire pénétrer dans ce labyrinthe comme dans un livre d’histoire, comme dans un voyage dans le temps où les époques se superposent et s’enchevêtrent. Les lumières de la nuit, les rues qui s’enchainent comme autant de décors de cinéma, les silhouettes errantes du dédale de la cité enfin endormie nous précipitent dans la fantasmagorie et la nostalgie d’une ville éternelle et pourtant à jamais perdue.

 

Une coproduction La Chambre – Médicis

Compétences

Posté le

5 mars 2015

X